Critique : Avengers – Le rassemblement des héros

Affiche bannière du film Avengers sur laquelle tous les super-héros sont côte à côte dans une gigantesque bataille à New York.

Pour être honnête, on s’attendait vraiment à quelque chose de pas terrible, voire même de médiocre avec Avengers. A la base, nous ne sommes pas fans de Joss Whedon, mais nous ne le détestons pas non plus. Nous connaissons la réputation de son univers, de Firefly à Buffy en passant par Dollhouse, mais nous ne nous y sommes jamais vraiment intéressés. Après la campagne d’affiches assez décevante d’Avengers et les premières bandes annonces qui ne laissaient pas espérer un résultat grandiose, l’espoir est tout de même revenu lorsque les premiers avis (très) favorables sont tombés.

Puis arrive le moment de voir le film. Dans les premières scènes, les présentations se font entre le méchant Loki, frère de Thor, et Nick Fury (Samuel L. Jackson), le directeur du S..H.I.E.L.D. L’action ne tarde pas à débarquer, on voit enfin Fury dégainer son 9 mm après toutes ses courtes apparitions dans les adaptations Marvel (Iron Man, Captain America). Hawkeye, que l’on avait aperçu dans Thor, utilise enfin son arc et en profite pour faire quelques galipettes. Mais nous ne sommes pas convaincus.

Photo de Samuel L. Jackson dans le film Avengers de Joss Whedon. L'acteur est dans le désert, appuyé sur une jambe et tire au pistolet.

En effet malgré tous ces éléments qui ne peuvent que nous mettre en joie, on est déçu par l’univers des méchants aliens envahisseurs qui nous rappelle trop celui raté de Thor et l’on trouve que les scènes d’action sont parfois peu lisibles. A ce moment du film, on préfère se rassurer en se disant que les Avengers ne sont pas là et que leur réunion sera bien plus jouissive.

Et c’est gagné. Lorsque Whedon s’attarde sur les vengeurs, le résultat se révèle bien plus intéressant. Les retrouver dans leur scène d’introduction respective s’avère être un véritable plaisir et nous permet de resituer leur parcours. Là où Avengers est une réussite à nos yeux, c’est dans son développement équilibré de tous les personnages, qui ont tous droit à leurs moments forts. Whedon n’est peut être pas un metteur en scène virtuose, mais lorsqu’il s’agit de faire cohabiter des super héros aux antipodes, aux univers complètement différents, il est particulièrement doué. Malgré des longueurs, on contemple cette première partie enthousiaste. Voir un Iron Man discuter avec Hulk pendant que Captain America fait la connaissance de Thor, ça relève du rêve d’enfant.

Leurs traits de caractère comme l’arrogance de Tony Stark ou la fragilité de Bruce Banner (incarné par Mark Ruffalo qui nous fait oublier ses prédécesseurs), sont très bien exploités, aussi bien dans leur aspect dramatique que comique. Whedon ne délaisse jamais l’humour, s’offre un clin d’œil au Seigneur des anneaux mémorable et ne tombe jamais dans les lourdeurs qui caractérisaient Thor ou Iron Man 2. On regrette cependant de ne pas voir plus en profondeur la relation de Hawkeye et la Veuve Noire et celle de Nick Fury et Maria Hill. Tous les comédiens sont en forme, sobres et leur complicité se ressent à l’écran. Voir que des stars du calibre de Scarlett Johansson ou Robert Downey Jr. ont su mettre leur ego de côté pour le bien du long métrage procure au final un sentiment de contentement car tous, mis à part Loki, ont un temps de présence suffisant à l’écran.

Photo de Chris Hemsworth et Chris Evans contemplant les ruines dans New York dans le film Avengers de Joss Whedon.

Puis après cette première partie dans laquelle s’opérait le rassemblement, Whedon laisse place à l’action pure. On assiste à quasiment une heure de séquences musclées durant lesquelles on voit les chorégraphies que nous réalisions enfants avec nos figurines défiler devant nos yeux. Whedon et son équipe de guerriers nous donnent parfois des frissons, notamment lors d’un plan séquence qui nous fait baver et qu’on vous laissera découvrir. La solidarité, l’héroïsme des Avengers, le leadership du patriotique Captain America, la fougue et les punchlines d’Iron Man, la rage de Hulk, le déchainement de Thor, l’habileté de Hawkeye et la souplesse de la Veuve Noire, tout y est.

Avengers est-il le meilleur film de super-héros ? Le temps et le recul nous le diront. Mais à nos yeux, non. Pour nous, l’œuvre n’a pas la richesse d’un Spiderman 2 ou la poésie d’un Hellboy 2. En tout cas, le film est un excellent divertissement, maîtrisé de bout en bout malgré ses plans foutraques, sa mise en place trop longue et le manque d’épaisseur psychologique. Joss Whedon vient de prouver que faire évoluer tous ces individus exceptionnels dans un même film ne relevait pas du fantasme irréalisable. On en redemanderait presque.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Critique : Avengers – Le rassemblement des héros

  1. Tex dit :

    Bon il faut le prendre pour ce que c’est ! Ça reste du divertissement. Du divertissement américain. mais franchement c’est quand même jouissif, même si c’est toujours le même délire d’une source d’énergie capable de détruire l’humanité et toute cette shit…
    Mark Ruffalo est juste parfait. Excellent choix pour Hulk selon moi !

  2. Tamaki-chan dit :

    Personellement, je n’ai absolument pas trouvé que ce film traînait en longueur. Je ne me suis pas du tout ennuyée en le regardant. Je l’ai juste trouvé Excellent. De l’action pur vers la fin (2eme partie du film quoi), avec un peu d’humour. Franchement je crois que ce film ne manque de rien. Comme le dis Tex, c’est vrai que l’histoire de base est répétitive, un envahisseur arrive pour « prendre le contrôle » de la Terre mais bon après tout parfois c’est ça qu’on aime, tant qu’il y a de la castagne 🙂 Et je trouve aussi que chaque caractère de personnage est très bien interprété, comme dis dans la critique, « l’arrogance de Tony Stark ou la fragilité de Bruce Banner  » ; « le leadership du patriotique Captain America, la fougue et les punchlines d’Iron Man, la rage de Hulk, le déchainement de Thor, l’habileté de Hawkeye et la souplesse de la Veuve Noire ». Vraiment, rien ne manque 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *