Critique : Burn After Reading – Brad Pittoresque

Affiche personnage de Brad Pitt pour le film Burn After Reading sur laquelle l'acteur sirote un soda dans sa voiture.

Vous connaissez le beau et ténébreux Brad Pitt pour ses rôles forts dans les films de David Fincher (Seven, Fight Club, Benjamin Button), dans L’assassinat de Jesse James ou dans bien d’autres œuvres plaisantes (Ocean’s 11), ou non (Troie). Bref, tout le monde aime Brad, sa femme, son jeu, son corps, sa jeune équipe de mioches recrutée aux quatre coins du monde. Chez Brozkinos, la chose que l’on préfère est sa partie légèrement plus bouseuse, plus rustre. N’oublions pas que la star est née dans une petite ville d’Oklahoma nommée Shawnee. Ce qui signifie que, malgré toutes ses qualités, le sex-symbol a du sang redneck.

Dans sa jeunesse, il a sans doute aimé monter des étalons, se rouler dans l’herbe et la boue avec une petite paille au coin des lèvres avant d’atterrir dans des bars pour des concours de rodéo lors de son adolescence. Ce côté idiot et campagnard (les ruraux américains sont stupides, on a vu Délivrance et Mississippi Burning), il a su le ressortir avec brio dans quelques films. On pense au récent Sratège pour lequel il est nommé à l’Oscar, mais aussi au pêcheur d’Et au milieu coule une rivière de son ami Robert Redford. Mais le long métrage dans lequel son regard vide ressort le mieux et nous apparaît comme une véritable illumination, c’est bien évidemment le petit bijou lui aussi vide de sens (en apparences) Burn After Reading.

Réalisé par deux dieux du cinéma, les frères Coen, qui enchaînent perle sur perle, Burn After Reading rejoint les comédies des créateurs telles que The Big Lebowski, Arizona Junior ou O’Brother. Malgré une conclusion assez noire et loin de l’optimisme du film consacré au Dude, les Coen ont préféré l’humour en premier plan pour dépeindre cette petite société de loosers aussi bêtes les uns que les autres avec pour fond les méandres de la CIA.

Qu’en est-il de notre ami Brad ? Dans le rôle d’un coach sportif, il incarne probablement le plus stupide de tous ces individus, tous joués par d’excellents comédiens (George Clooney, Frances McDormand), mais aussi le plus sympathique. Dans la scène dont nous allons parler, il tente d’arracher 50 000 dollars à l’ex agent John Malkovich, ce dernier ayant perdu un fichier contenant des informations secrètes récupéré par Pitt. Le spectateur est donc à l’intérieur de la voiture avec Malkovich et l’on voit Brad débarqué… en vélo. Avec un casque. Intimidant pour un demandeur de rançons. Il pénètre ensuite dans le véhicule, plisse les sourcils, tente de garder son air sérieux et constipé, mais avec une grande difficulté. Malkovich, pas vraiment relax, commence à lui mettre la pression. Pitt a du mal à suivre, trop d’informations d’un coup. Il faut dire que ces dernières ont du mal à atteindre son cerveau, bloquées par une chevelure coiffée en arrière ponctuée de mèches blondes plutôt sexy. Il ne sait plus quoi dire. Il se retrouve pris au piège et Malkovich lui envoie un superbe direct du droit.

Photo de Brad Pitt blessé et criant en tenant son casque de vélo dans le film Burn After Reading des frères Coen.

A ce moment là, Brad Pitt, sans le savoir, signe la meilleure mimique de sa carrière. Choqué, la seule chose qu’il souhaite, c’est rentrer chez lui, boire du jus d’orange et des protéines en se recolorant les cheveux et laisser tomber toute cette « CIA shit ». Enervé, il sort de ce véhicule automobile polluant et surtout non sportif. Sans l’argent.

Si cette scène vous paraît absurde, ne prenez pas la peine de visionner le film, vous n’en verriez pas le bout. Pour les autres qui aiment les casse-têtes à la Inception, ou les histoires d’espionnage complexes telles La Taupe, passez votre chemin. Il n’y a aucune raison valable dans l’intrigue qui donne envie de regarder cette œuvre dont j’ai directement brûlé le DVD à la fin du générique. Mais il reste fortement conseillé.

Ce contenu a été publié dans Recadrage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Critique : Burn After Reading – Brad Pittoresque

  1. Osbourne Cox dit :

    Scène culte… « You think that’s a Schwin… »
    Magnifique article, probablement l’un des meilleurs! hahaha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *