Critique : Camille redouble – Le péril jeune

Affiche du film Camille redouble de Noémie Lvovsky sur laquelle l'actrice et réalisatrice fait du vélo en portant un casque de walkman pour se rendre au lycée.

On l’attendait depuis un moment, la comédie française qui nous redonnerait espoir, qui confirmerait que le paysage humoristique de l’Hexagone a encore des idées et de la créativité. Camille redouble est probablement le meilleur long métrage comique français depuis longtemps. Pour vous donner une petite idée, nous n’avions pas été enchantés de la sorte depuis Les beaux gosses et le deuxième volet d’OSS 117. Evidemment, il y a eu les phénomènes The Artist et Intouchables que nous avions apprécié et d’autres œuvres que nous avons loupées à l’image des films d’Emmanuel Mouret que beaucoup de gens nous recommandent. Mais tout de même, ça fait vraiment du bien. Quand on sait que les prochaines sorties qui font peur (Stars 80, Un plan parfait) vont probablement faire le double voire le triple d’entrées de Camille redouble, on se dit qu’il y a quelque chose qui cloche. Et heureusement que des artistes comme Noémie Lvovsky sont là pour nous le rappeler.

A 40 ans, Camille n’est pas satisfaite de sa vie. En plein divorce, elle force un peu trop sur l’alcool et se laisse dépasser par les événements. Le soir du réveillon, elle se rend à une soirée où elle retrouve ses amies d’enfance qu’elle n’avait pas vues depuis bien longtemps. Au moment du passage à la nouvelle année, elle s’évanouit. Le lendemain matin, elle se réveille dans sa chambre d’adolescente. Camille est remontée dans le temps et est bien décidée à profiter de sa jeunesse une seconde fois.

Le pitch rappelle celui de Peggy Sue s’est mariée de Francis Ford Coppola. Mais Lvovsky n’a pas à souffrir de la comparaison. Son œuvre est unique, flirte habilement avec plusieurs genres et nous fait passer du rire aux larmes en un clin d’œil. L’actrice-réalisatrice pose un regard nostalgique sur l’adolescence, juste, comme Riad Sattouf l’avait fait avant elle dans Les beaux gosses. Le ton n’est pas tout à fait le même puisque l’ambiance est ici plus douce. Cependant, certains passages humoristiques nous renvoient directement au film de Sattouf et les apparitions des deux comédiens principaux, Vincent Lacoste et Anthony Sonigo, sont tordantes.

Photo de Noémie Lvovsky et sa bande d'amies marchant vers leur lycée dans le film Camille Redouble.

Voir Noémie Lvovsky (L’apollonide) batifoler avec Samir Guesmi (Ne le dis à personne) est un véritable régal et les deux comédiens s’amusent, se déchirent et sont plus vrais que nature dans la peau de ces adulescents. Les seuls qui avaient si bien réussi une interprétation de la sorte sont les grands Will Ferrell et John C. Reilly dans Frangins malgré eux. Quand il aborde la partie romantique et les relations de l’héroïne avec ses parents, Camille redouble devient bouleversant. Bourré de tendresse, le long métrage nous rappelle que le temps passe vite mais le message est amené avec une telle subtilité qu’il passe comme une lettre à la poste. Les séquences de Lvovsky avec Yolande Moreau (Louise Michel) sont touchantes et le simple regard que la première pose sur la seconde suffit à déclencher les larmes du spectateur. La force de l’œuvre est d’avoir su alterner ces moments dramatiques avec un récit fantastique et un humour trop rare dans l’Hexagone. La fin nous replonge dans la dure réalité mais n’a rien de fataliste et malgré la mélancolie qui émane de Camille redouble, c’est avec un grand sourire que l’on ressort de la salle.

Camille redouble est la très belle surprise française de cette rentrée qui avait conquis le dernier Festival de Cannes et qui on l’espère, réussira à séduire de la même manière le public français. Comédie douce-amère au casting réjouissant (même les courtes apparitions sont excellentes), le nouveau film de Noémie Lvovsky jongle avec les émotions avec maîtrise et donne la banane à son spectateur. A découvrir de toute urgence.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *