Critique : C’est la fin – Phénomènes

Affiche du film C'est la fin. Nous y voyons les personnages principaux se battre et hurler face à l'objectif.

Cette année, la crème des comiques américains et anglais a décidé d’aborder un thème devenu ringard depuis le 22 décembre 2012, la fin du monde. Avec ce sujet, les britanniques viennent de signer une pépite déjà culte, Le dernier pub avant la fin du monde, dernier volet de la trilogie Cornetto d’Edgar Wright. Quant aux américains, tous les rejetons d’Apatow ont joué leur propre rôle dans une comédie plus centrée sur la célébrité que l’apocalypse.

Le soir où James Franco invite tous ses amis pour une fête, il ne se doutent pas qu’il est sur le point d’assister à un phénomène surnaturel duquel ses potes et lui ne sortiront pas indemnes.

Il y a beaucoup de beau monde dans cette comédie réalisée par Seth Rogen et Evan Goldberg, à l’origine des scripts de Délire express et Supergrave. La principale qualité de l’œuvre est que l’on peut y retrouver l’humour de chacun des artistes présents. Si l’on reconnaît la patte des auteurs du Green Hornet notamment dans le déroulement des faits assez désordonné, des pointures comme Danny McBride, Jonah Hill et Craig Robinson ont malgré tout la possibilité de se défouler. Le plaisir qu’ils ont pris sur le tournage se fait ressentir à chaque instant. On comprend que si tous ces trublions se sont rassemblés, c’est avant tout pour se faire plaisir.

En revanche, ils n’oublient jamais leur public et insufflent du rythme dans chaque séquence. Si la bande d’Apatow est réputée pour réaliser des comédies longues et parfois déséquilibrées, on ne peut pas faire ce reproche à C’est la fin même si les scènes de dialogue n’en finissent pas. Elles ne sont jamais trop lourdes car le film se concentre avant tout sur l’effet du succès et de la célébrité sur leur personnalité. Quand ils doivent trouver des solutions pour survivre et surtout passer le temps, les comiques sont généreux et C’est la fin regorge d’idées qui sont une nouvelle preuve que la bande peut faire des merveilles quand elle est réunie.

Photo de James Franco, Jonah Hill, Craig Robinson , Seth Rogen, Jay Baruchel et Danny McBride dans le film C'est la fin. Dans la maison de James Franco, Les acteurs font face à un personnage que l'on ne voit pas et ont l'air surpris et effrayés.

Dans les vingt dernières minutes, le délire est poussé à l’extrême, les comédiens ne se refusent rien et terminent leur feu d’artifice avec une conclusion qui rappelle celle de 40 ans toujours puceau. Ces trentenaires irresponsables n’ont pas l’air d’avoir pris la grosse tête. C’est la fin est une grande cour de récré dans laquelle 6 cancres s’échangent des vannes avec un débit impressionnant. On leur pardonnera les effets spéciaux grossiers et les quelques longueurs disséminées dans le film.

En plus des six têtes d’affiche tordantes, on retrouve également Jason Segel, Michael Cera, Rihanna, Emma Watson et de nombreux autres venus faire une ou deux apparitions absurdes.

This is the end n’est pas un grand film mais plutôt un excellent condensé du talent de six acteurs qui ne sont pas là pour le concours de la meilleure réplique (à l’inverse du redoutable Les seigneurs) mais pour se retrouver afin de satisfaire leur public de la meilleure manière.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *