Critique : Carol – Bright Stars

Affiche du film Carol, réalisé par Todd Haynes, avec Cate Blanchett et Rooney Mara dans les rôles principaux.

Alors que l’on découvre peu à peu les films nommés aux Oscars, on est déçus de voir que l’Académie porte toujours aussi bien son nom et que la sélection n’est pas synonyme de prise de risque. Mais l’on est également ravis de constater que certains favoris tiennent largement leurs promesses et surpassent nos attentes. C’est le cas de Carol, très beau long métrage de Todd Haynes, qui s’était écarté du grand écran depuis le déjà culte I’m not there pour se consacrer à la mini-série Mildred Pierce.

En ouvrant le film sur la conclusion de son récit, Haynes nous dévoile d’emblée l’intensité des rapports entre Carol et Therese. Amoureuses, les deux femmes ne vivent pas dans le même milieu social, n’ont pas le même âge ni la même trajectoire de vie mais rejettent toutes deux les obligations d’une époque traditionaliste qui verra naître la contre-culture américaine et la Beat Generation, courant littéraire que Therese représente à merveille. La reconstitution impeccable du New York des années 50, les couleurs verdâtres de l’œuvre, le défilé des employés à chapeau, la frustration d’un mari mal aimé et le regard méprisant d’une supérieure hiérarchique acariâtre renforcent la sensation d’oppression éprouvée par les deux héroïnes.

Photographie du film Carol réalisé par Todd Haynes. Nous voyons Cate Blanchett, l'héroïne du film, assise et pensive, en train de fumer une cigarette.

Adapté d’un roman de Patricia Highsmith, bien loin des récits portés par Mr. Ripley, Carol explore des thèmes récurrents de l’auteure comme le décalage entre ce que l’on pense des personnages et ce qu’ils sont vraiment. Mystérieuse, Carol se livre très peu au début et nous la découvrons à travers le regard tendre de Therese, qui ira naturellement et sans méfiance vers elle. C’est ce qui fait la beauté de leur relation. La luminosité qui émane du film bouleverse et Haynes opte pour un optimisme désarmant, à tel point que l’on a l’impression que rien ne pourra arriver à ce couple incarné par deux comédiennes pleines de grâce.

Souvent pensives, qu’elles soient filmées à bord d’une voiture ou derrière la vitre d’un café, les heroïnes de Carol ne parlent pas beaucoup. Todd Haynes réussit en quelques regards à révéler au spectateur la fascination et l’attraction qu’elles ressentent l’une envers l’autre sans tomber dans le cinéma poseur. Rapidement, Carol et Therese ont envie de voyager ensemble. A travers leur fuite, le spectateur ressent le sentiment de plénitude comme rarement devant une histoire d’amour au cinéma. S’il y a des non-dits entre les deux protagonistes, jamais nous ne doutons de leurs intentions.

Photogtaphie du film Carol réalisé par Todd Haynes. Nous voyons Rooney Mara, personnage principal du film, en train de prendre une photographie adossée à une voiture.

Long métrage qui rappelle le sujet de Loin du paradis, également mis en scène par Todd Haynes, Carol est cependant nettement plus abouti. Emotionnellement, le film est plus fort puisqu’il nous fait vivre intensément les sentiments des héroïnes mais ne tombe en aucun cas dans le voyeurisme futile. Empli de pudeur, Carol est un petit bijou de mise en scène qui parvient à nous attacher à ces deux femmes sans qu’elles aient besoin de s’exprimer. Lors de la scène de rencontre, les regards de Rooney Mara parlent d’eux-mêmes et éclipsent tous les individus présents dans le magasin de jouets dans lequel elle travaille. Cate Blanchett a rarement été aussi élégante. Les costumes, la photographie et les décors font que l’on a d’yeux que pour elle. A chaque séparation, le spectateur attend avec autant d’impatience que Carol et Therese leurs futures retrouvailles.

Grande œuvre romantique, Carol est un portrait moderne de deux femmes fortes qui laisse le spectateur profondément ému grâce à des images qui parlent toujours mieux que de simples mots.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *