Critique : Fantastic Birthday – L’Appel de la forêt

Affiche de Fantastic Birthday de Rosemary Myers sur laquelle l'héroïne est au centre devant une forêt, et l'on voit tous les personnages secondaires alignés au second plan. Des personnes costumées se trouvent à l'entrée de la forêt.

Greta est une collégienne réservée qui s’approche de ses quinze ans. Son meilleur ami Elliott a hâte de passer le cap de l’adolescence mais Greta le redoute. Lorsque ses parents lui proposent d’organiser une fête, Greta panique et sait pertinemment qu’elle va devoir affronter des jeunes du collège qu’elle connaît très peu. Elle pourra néanmoins compter sur le soutien sans faille d’Elliott.

En découvrant la première séquence dans la cour du collège australien de Fantastic Birthday, on ne peut s’empêcher de penser à Moonrise Kingdom de Wes Anderson. La symétrie des plans, les uniformes colorés des adolescents et la complicité naissante entre Greta et Elliott laissent présager une comédie qui n’hésite pas à revendiquer ses influences. Pourtant, de nombreux détails prennent rapidement place au second plan, toujours parfaitement cadrés et révélés au bon moment. Le long métrage installe ainsi d’emblée un ton décalé qui offre de nombreuses situations mémorables.

Alors que les futurs amis apprennent à se connaître simplement, ils semblent dépassés par l’agitation qui les entoure. La relation entre les deux collégiens interprétés par les excellents Bethany Whitmore et Harrison Feldman se développe avec peu de dialogues tant la décontraction d’Elliott s’accorde à merveille avec la timidité de Greta. Avant que la fameuse fête ne débute, Rosemary Myers dévoile la personnalité de son héroïne à travers plusieurs échanges courts mais suffisamment évocateurs qui mettent en place des archétypes récurrents dans les films traitant de l’adolescence.

Photo du film Fantastic Birthday de Rosemary Myers sur laquelle les trois rivales de l'héroïne posent fièrement, adossées à leur voiture.

Tiré de la pièce de théâtre Girl Asleep du scénariste et comédien Matthew Whittet, Fantastic Birthday reprend la structure d’un conte et lors de la situation initiale, le spectateur se fait de nombreuses idées sur les seconds rôles qui évolueront une fois que le problème est posé. La posture des personnages, les choix vestimentaires et la décoration intérieure de la maison de Greta nous immergent dans un cadre des années 70 à la fois rassurant et oppressant.

Terrifiée par sa fête, Greta subit l’organisation de l’événement. Lorsqu’elle doit affronter le moment tant redouté, son élan de courage bouleverse sa perception mais aussi celle du spectateur grâce à la mise en scène en perpétuel renouvellement. Alors que le cadre paraissait daté lors de l’introduction, on se laisse embarquer dans des chorégraphies disco où Greta réussit à se prêter au jeu. En quelques secondes, les années 70 se mettent à raisonner différemment dans l’esprit du public.

Photo de Matthew Whittet dans le film Fantastic Birthday de Rosemary Myers sur laquelle il montre fièrement une belle banderole d'anniversaire à sa fille.

Greta n’est alors pas au bout de ses épreuves et la troisième partie révèle une ambiance fantastique parfois effrayante. On y retrouve la même importance accordée à la scénographie, au service cette fois d’un long chapitre où l’on croise dans une immense forêt la route d’individus étranges comme dans Le Magicien d’Oz et Alice au pays des merveilles. Là encore, si les références sont de taille, elles n’empêchent jamais Fantastic Birthday de surprendre.

Le ton absurde, les changements apportés à certains personnages durant le dénouement et la superbe amitié entre Greta et Elliott permettent à Fantastic Birthday de rendre certains passages obligatoires ou attendus touchants. Si le propos sur le passage à l’adolescence a été traité sous de nombreux aspects au cinéma, les choix de Rosemary Myers tout au long du film le rendent une nouvelle fois singulier et passionnant.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *