Critique : La Prière – Les Amitiés particulières

Affiche de La Prière de Cédric Kahn, sur laquelle le personnage interprété par Anthony Bajon est en train de prier.

À 22 ans, Thomas se rend dans une communauté isolée en montagne, afin de se sortir de la toxicomanie. Après son sevrage, le jeune homme se passionne de plus en plus pour les psaumes, parvient à s’intégrer au groupe et offre à son tour un soutien inespéré à d’autres nouveaux arrivants.

Contrairement à ce que son titre pourrait laisser penser, La Prière traite davantage d’amitié que de foi. Dès l’arrivée de Thomas dans la communauté, la bienveillance de ses nouveaux compagnons se fait sentir, alors même que le jeune homme n’est pas encore capable de la recevoir.

Le premier élément qui frappe le spectateur dans le film est d’ailleurs le regard plein de détresse de ce personnage complètement perdu. En très peu de plans, Cédric Kahn parvient à en dire long sur la solitude de Thomas et sur ses mauvaises expériences passées sans que celui-ci n’ait jamais à les évoquer en détails.

La mise en scène s’accorde ainsi idéalement à la pudeur du protagoniste et à celle d’autres membres du groupe, à commencer par celui incarné par Damien Chappelle. Dans le rôle du « grand frère » chargé d’accueillir Thomas et de l’épauler, ce protagoniste est probablement le plus marquant du long-métrage. Les émotions les plus fortes que provoque le film sur la notion d’amitié, c’est en grande partie à lui qu’on les doit.

Photo tirée du film La Prière de Cédric Kahn sur laquelle le personnage interprété par Damien Chapelle tente de maintenir au sol celui incarné par Anthony Bajon pour le calmer.

Grâce à lui, le regard du héros va progressivement s’apaiser et le dialogue va naître. L’évolution du jeune homme, que le spectateur veut voir voguer vers une nouvelle vie, passe aussi par les scènes de groupe. Cédric Kahn le place d’abord subtilement à l’écart des autres tout en évitant de reproduire des situations redondantes, ne rendant ainsi jamais la réalisation trop appuyée.

Puis, dans la deuxième partie, c’est au tour de Thomas de bondir pour aller chercher ses camarades lorsque certains d’entre eux ne répondent plus à l’appel.  Néanmoins, Thomas ne réussit pas à vaincre complètement sa timidité et reste jusqu’au bout le jeune homme solitaire que l’on découvrait dans l’introduction, ce qui rend ses changements totalement cohérents. Grâce à cette justesse, qui passe aussi par l’impeccable interprétation d’Anthony Bajon, l’attachement que lui porte le spectateur ne fait que croître, à tel point que la lumineuse conclusion provoque un véritable soulagement.

Cédric Kahn filme le réel avec sincérité, sans jamais être poseur, et parvient ainsi à créer l’émotion en ne tombant jamais dans l’apitoiement que le sujet laissait craindre. Le réalisateur évite également tout prosélytisme et s’attarde essentiellement sur la fraternité de ces hommes qui ne sont là que pour s’en sortir ensemble. Le cinéaste offre par ailleurs une très belle porte de sortie à son personnage principal grâce à une histoire d’amour qui naît elle aussi de façon tout à fait naturelle dans l’esprit du spectateur.

Photo tirée du film La Prière de Cédric Kahn sur laquelle un groupe d'hommes marche dans les montagnes, en file indienne.

Pour autant, Cédric Kahn ne délaisse pas tous les artifices de mise en scène pour épurer son propos et cela se ressent notamment à travers la photographie bleutée, qui traduit à la fois l’isolement de Thomas et du lieu mais également le côté profondément rassurant de ce dernier. La couleur est d’ailleurs très présente lorsque le héros affronte une ultime épreuve avant de prendre définitivement le dessus sur ses démons.

Cette conclusion éminemment symbolique arrive à point nommé dans un long-métrage qui avait jusque-là éviter habilement tous les écueils du genre. N’ayant plus besoin de nommer la foi, Cédric Kahn se contente de la mettre en images dans les somptueuses montagnes brumeuses qu’arpentent Thomas et son groupe. Seul dans un grand espace, le héros se dirige vers une descente inconnue qui offre une nouvelle perspective au spectateur, totalement conquis à l’idée de voir le jeune homme reprendre avec confiance sa route vers l’avenir.

La Prière est disponible en DVD et Blu-Ray depuis le 25 juillet 2018.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.