Critique : La Tortue Rouge – L’île Mystérieuse

Affiche du film La Tortue Rouge sur laquelle nous voyons un couple marcher sur la plage avec un enfant dans les bras du père. Trois crabes marchent également sur la plage de l'île déserte. Il s'agit d'un film d'animation.

Un naufragé échoue sur une île déserte et tente de construire un radeau pour s’en échapper. A plusieurs reprises, le radeau est détruit et l’homme ne parvient pas à cerner la menace invisible. Il apprend à vivre sur l’île en attendant de pouvoir tenter sa chance.

Production Ghibli réalisée par le néerlandais Michael Dudok de Wit, La Tortue Rouge est un conte initiatique très réussi. A l’image du naufragé qui va devoir s’adapter à son nouvel environnement, le spectateur découvre une île sublime où tous les animaux et éléments sont en mouvement et vivent en harmonie.

Avant de trouver une certaine compagnie, la solitude de l’homme se fait ressentir par son incapacité à tirer profit de la nature et au désespoir retransmis par ses cris. Le héros va ensuite connaître une véritable évolution. En 1h20, c’est toute une vie dans cet espace magnifique que nous suivons.

Photo de La Tortue Rouge, où l'homme est dans la forêt et tente de récupérer des branches de bambou.

Les animaux et la végétation se répondent naturellement, contrastent avec l’océan et le ciel immenses mais figés dans le dessin. La monochromie des éléments, les traits fins des personnages et l’absence de dialogues font de La Tortue Rouge un long métrage minimaliste mais profondément riche dans son propos. S’ils ne s’expriment que très peu, les protagonistes sont toujours compris du spectateur qui regarde avec tendresse la vie évoluée sur ce magnifique paysage.

La Tortue Rouge est une histoire à la croisée des romans de Daniel Defoe et Michel Tournier mais également des grands récits mythologiques à l’image de L’Odyssée. Toutes les paraboles sont finement amenées et s’insèrent avec logique dans le long métrage. Le conte initiatique n’est jamais trop appuyé au même titre que le message sur la communion avec la nature et le besoin de transmission et d’envol que ressentent les personnages.

Photo de La Tortue Rouge. La famille du film d'animation marche sur la plage.

S’il est extrêmement travaillé visuellement et touche à la perfection, La Tortue Rouge nous fait ressentir de multiples émotions avec une subtilité désarmante. Dans son message, le film d’animation reprend des thématiques déjà approfondies mais c’est sa singularité pour les aborder qui en fait une œuvre passionnante et émouvante.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *