Critique : Valley of Love – Joies matrimoniales

Affiche du film Valley of Love de Guillaume NIcloux. Gérard Depardieu et Isabelle Huppert se tiennent côte à côte dans la Vallée de la Mort.

Gérard et Isabelle sont deux acteurs séparés depuis trente ans. Lorsque leur fils Michael se suicide, il envoie à chacun une lettre dans laquelle il leur demande de se retrouver dans la vallée de la Mort pour un pèlerinage d’une semaine.

Voici le point de départ du joli Valley of love, qui marque le retour au cinéma de Guillaume Nicloux deux ans après La Religieuse et surtout les retrouvailles entre les monstres Depardieu et Huppert trente ans après Loulou.

S’ils n’étaient pas les comédiens pressentis à l’origine du projet, les similitudes entre eux et leurs personnages donnent l’impression que Nicloux a voulu transposer une partie de leur vie à l’écran. Depardieu incarne Gérard, un acteur français né à Chateauroux qui s’amuse à signer Bob de Niro sur ses autographes et Huppert incarne Isabelle, une star internationale comme il n’en existe quasiment plus.

Quasiment seuls durant tout le film, on pourrait penser que les deux acteurs se dévoilent entièrement à l’écran. Il est par exemple impossible de ne pas faire le parallèle entre Michael et Guillaume Depardieu. Nicloux laisse ses comédiens improviser et tout l’intérêt de Valley of Love réside dans l’intensité de leur relation. Depardieu et Huppert y sont tour à tour aimants, aigris et fatigués. Connaissant les états que traversent les personnages, les deux acteurs réussissent à jouer des émotions totalement opposées en une seule séquence et le film est en cela une leçon d’interprétation.

Photo du film Valley of Love de Guillaume Nicloux. Gérard Depardieu et Isabelle Huppert sont pris de dos, assis sous un parasol et observant la Vallée de la Mort.

Jamais un cri, une larme ou un sourire ne sonnent faux. Sur la manière de faire son deuil et l’acceptation de la mort de son enfant, Valley of Love est bouleversant. Lorsque les projets lui tiennent à cœur, Depardieu n’a aucun mal à prouver qu’il est l’un des plus grands de sa profession. Cette façon d’assumer ses colères et de savoir faire preuve de tendresse l’instant d’après est impressionnante. Il en est de même pour Isabelle Huppert, capable de lancer des regards bienveillants malgré la rancœur qui l’anime. S’ils sont séparés et que le poids du passé joue un rôle capital dans le long métrage, Depardieu et Huppert forment tout de même le couple le plus vivant que l’on ait vu au cinéma depuis un moment. Leur égoïsme, leur empathie et ce qu’ils ressentent durant leur pèlerinage nous ramènent à certaines références de la Nouvelle Vague et du néoréalisme capables d’aborder le couple dans toute sa complexité à l’image de La femme d’à côté, Stromboli et bien d’autres.

On pense aussi à Antonioni, en particulier à L’éclipse et Valley of Love pourrait être les retrouvailles de l’un des couples brisés de ces œuvres phares. L’association avec le réalisateur italien ne s’arrête pas là puisque Nicloux, au même titre qu’Antonioni dans Zabriskie Point, réussit à utiliser le cadre de l’immense vallée de la Mort. Dans ce désert où la chaleur est invivable, il confronte ses personnages à eux-mêmes et nous met face à la solitude que peut provoquer l’environnement. Nicloux parvient même à capter l’aspect mystique de l’endroit et l’on s’attend à voir surgir de ces dunes le fantôme de Michael à de nombreuses reprises.

Pour filmer le couple, il était nécessaire que le réalisateur sache capter la puissance évocatrice de ce duo de cinéma. Ses plans séquences dans des motels, ses plans fixes filmant de dos le duo face au désert sont parfaitement orchestrés et Nicloux donne de l’ampleur à un récit assez plat et nous donne envie de continuer à découvrir en profondeur ces parents brisés mais jamais pathétiques. Il serait dommage de passer à côté de cette confrontation magistrale qui nous rappelle que Depardieu et Huppert sont toujours aussi beaux.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *