Critique : La Guerre est déclarée – Bataille gagnée d’avance

Affiche de La Guerre est Déclarée sur laquelle Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm sont dans un manège et rient.

En 2011, une vague de fraicheur a soufflé sur le cinéma français. Polisse, The Artist, L’ordre et la morale et Intouchables nous ont prouvé qu’on offrait toujours de l’originalité et de la créativité dans l’Hexagone. La guerre est déclarée de Valérie Donzelli fait partie de ces œuvres. A l’instar du film de Maïwenn et de celui de Tolédano et Nakache, il traite d’un sujet de la vie quotidienne et susceptible de tous nous toucher.

Roméo et Juliette, jeune couple follement amoureux, mettent au monde Adam. Leur fils souffre d’une tumeur au cerveau. Commence alors une bataille pour les deux parents pour vaincre le cancer.

Le film n’est pas dénué de défauts mais il comporte tellement de qualités qu’il en devient difficile de lui reprocher quoi que ce soit. Valérie Donzelli maîtrise réellement son sujet puisqu’elle a vécu cette histoire avec son partenaire à l’écran Jérémie Elkaïm. Ils étaient donc les mieux placés pour occuper les rôles principaux. Le spectateur s’en rend compte très vite. Là où La guerre est déclarée puise réellement sa force, c’est dans sa mise en scène ultra dynamique. Utilisant plusieurs procédés narratifs, elle fait avancer le récit grâce à des voix-off qui empêchent le film de tomber dans des longueurs et s’avèrent très touchantes. Certaines scènes dénuées de parole nous disent beaucoup de choses en très peu de temps et ne tombent jamais dans le contemplatif.

Refusant de tomber dans le pathos et les effets larmoyants gratuits, Donzelli préfère relayer la maladie au second plan pour mieux aborder l’amour et la solidarité qui unit les deux personnages. Face à son écran, le spectateur ne peut qu’être admiratif du courage des protagonistes qui refusent de perdre l’espoir et gardent constamment le sourire.

La guerre est déclarée est donc une histoire vraie mais à l’inverse de beaucoup de films, il n’y a pas besoin de le souligner sur l’affiche. L’actrice-réalisatrice et son comédien nous le font très bien comprendre à travers toutes les émotions qu’ils parviennent à transmettre au spectateur. Une excellente surprise qui sortira en DVD le 25 janvier et qu’il faut absolument se procurer.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *