Critique : Le casse de Central Park – Belle arnaque

Affiche du Casse de Central Park sur laquelle tous les personnages sont réunis sur le toit d'un immeuble new yorkais.

Cette année, trois cadors de la comédie américaine se sont réunis sous la houlette d’un réalisateur plutôt douteux, Brett Ratner, papa de la trilogie Rush Hour. Le premier, Ben Stiller, dispose d’un potentiel comique considérable, même s’il se trompe parfois dans ses choix professionnels (Mon beau père et nous, La nuit au musée 2). Eddie Murphy enchaîne les purges depuis presque depuis dix ans. Quant à Matthew Broderick, cela fait maintenant bien longtemps qu’il n’a pas retrouvé un rôle de l’envergure de Ferris Bueller.

Le casse de Central Park ne nous attirait donc pas plus que ça. Produit commercial calibré pour la famille, il était censé renouveler la comédie ayant pour thème le braquage. Nous y suivons plusieurs employés d’une résidence de luxe new-yorkaise qui décident de se venger de leur escroc de patron, une sorte de Madoff qui leur a sucré leur plan d’épargne retraite.

Le souci principal du film est qu’Ocean’s Thirteen est sorti il y a presque cinq ans déjà et qu’il paraît plus novateur même s’il n’est pas une référence. Les blagues tombent la plupart du temps à l’eau. Ne vous attendez pas non plus à de spectaculaires scènes d’action, elles n’arriveront pas. L’élaboration du plan n’est presque pas présente dans le film. Vont-ils faire le casse en freestyle ?

Le film se laisse tout de même regarder avec un léger plaisir. Eddie Murphy cabotine mais moins que dans certaines de ses récentes daubes (Norbit). Cependant, lui et les deux autres acteurs habitués du genre se font détrôner par tous les seconds rôles que l’on avait vus dans des registres plus dramatiques (Casey Affleck, Michael Peña, Gabourey Sidibe). Les enfants apprécieront sûrement. Pour les plus vieux, ce sera un peu plus compliqué.

Si vous payez le cinéma, ce n’est pas la peine. Si vous êtes illimité, vous pourrez toujours aller voir ce film sorti avec dix ans de retard un jour de pluie.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *