Critique : Madagascar 3, Bons baisers d’Europe – Le film de trop ?

Affiche du film Madagascar 3 - Bons baisers d'Europe surlaquelle les personnages sont regroupés dans un canon auquel un pingouins va mettre le feu, dans un décor de cirque.

Avec Dreamworks, c’est pas toujours l’amour fou. Nos voisins les hommes, Kung Fu Panda 2, Le chat potté, c’était mignon mais pas folichon. On préfère Pixar. On ne va pas énumérer les différences de talent entre les deux, ce serait comme comparer Zaz et Edith Piaf. Mais le deuxième opus de Madagascar nous avait vraiment séduit, notamment grâce à ces petites brutes de pingouins et cette enflure de King Julian. Et cette fois, toute la clique est de retour pour un nouveau chapitre de leurs aventures en Europe.

Vous les verrez cavaler entre Monte Carlo, Rome et Londres, s’incruster dans un cirque qui leur permettra peut être de retourner à New York. Mais pour cela, ils devront également échapper à Chantal Dubois, redoutable chasseuse d’animaux au flair impressionnant.

La première chose qu’on aimerait demander aux scénaristes est : où sont passés les parents d’Alex, protagonistes assez importants dans Madagascar 2 ? On aimerait se dire que les deux lions n’ont pas pu accorder leur emploi du temps beaucoup trop rempli avec les dates de tournage. Ce nouvel épisode n’hésite donc pas à dégager les anciens personnages pour en faire apparaître de nouveaux. Parmi eux, une otarie italienne qui n’arrête pas de jacter, un tigre, ancien Vory V Zakone repenti et une féline qui fait beaucoup baver Alex. Le problème, même s’ils sont tous attachants, est que la courte durée du film ne permet pas de s’attarder sur tous les membres de cette  grande famille. Les pingouins et King Julian sont donc écartés, malheureusement pour nous, et leurs gags sont très répétitifs et finissent par tourner en rond.

Photo du film Madagascar 3 - Bons baisers d'Europe sur laquelle la fameuse bande est regroupée dans un cirque.

Alex, le leader de l’équipe, est par ailleurs beaucoup plus mis en avant que ses trois compagnons. L’histoire d’amour de Melman et Gloria est très vite expédiée tandis que Marty est là pour faire le comique de service. Là où tout était équilibré dans le second épisode, nous avons eu l’impression que Madagascar 3 délaissait nos personnages préférés pour ceux dont on se fout un peu (Alex est par moments assez insupportable). Mais malgré tout, le fun y est et le long métrage commence à un rythme effréné qu’il perdra dans une seconde partie sympathique mais qui traine en longueurs et qu’il retrouvera dans un final réjouissant. Cette fois-ci, les animaux ont enfin trouvé un adversaire à leur taille en la personne de Dubois, la bonne trouvaille du film.

Plus bling-bling, tentant une 3D spectaculaire, Madagascar 3 est calibré pour les enfants qui en auront plein les yeux et sortiront comblés par le spectacle. En revanche, pour les parents qui appréciaient la franchise pour le second degré, c’est autre chose. L’humour n’est plus le maître mot et tout ce qu’on retiendra de cet épisode agréable mais loin d’être nécessaire, c’est l’aspect visuel.

Décidément, les dernières suites Dreamworks se sont toutes avérées bien fades, même si la technique ne cesse de s’améliorer. Loin d’être dénué de qualités, ce Bons baisers d’Europe ne restera néanmoins pas dans les mémoires et l’on reste dans l’idée qu’une franchise peut s’épuiser très vite. Le dernier dessin animé du studio qui apportait une bouffée d’air frais est Dragons. On attend donc avec impatience Les cinq légendes, adaptation originale sur des héros tels que le Père Noël ou le Lapin de Pâques qui ne sont pas vraiment comme on les imaginait.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *