Critique : Parlez-moi de vous – Cachée derrière un micro

Affiche de Parlez-moi de vous sur laquelle Karin Viard parle dans un micro à la radio en regardant un interlocuteur.

Parlez-moi de vous est un film vraiment emmerdant. Il fait partie de ceux qui ne vous emballent pas, mais que vous ne pouvez pas descendre car il faut tout de même reconnaître que l’œuvre est soignée et contient pas mal de bons côtés.

Dans le long métrage, Karin Viard interprète Claire, une animatrice radio proche de ses auditeurs qui préfère garder l’anonymat. Dans sa vie quotidienne, lorsque Mélina s’efface, Claire vit dans la solitude et n’a que son chien pour compagnon. Mais le jour où elle reçoit une lettre qui lui dévoile l’identité de sa mère, qu’elle n’a jamais connue, Claire décide de partir à sa rencontre.

Le problème de Parlez-moi de vous vient probablement de son déséquilibre entre sa première et deuxième partie. Pinaud signe une réalisation très académique qui devient parfois barbante et développe très lentement la présentation de son personnage principal. Evidemment, ce traitement est compréhensible puisque Claire est un être seul, et la longueur des premières scènes filmées dans l’austérité de son appartement et dans un environnement pluvieux nous font pénétrer dans cet univers gris et assez déprimant. Karin Viard (Polisse), probablement l’une des meilleures comédiennes françaises de sa génération, est parfaite. Elle trouve le timbre de voix qui convient lorsqu’elle devient Mélina et l’on se rend compte qu’elle est une actrice qui sait très bien manier le ton et les paroles dans son jeu.

Photo de Karin Viard dans le film Parlez moi de vous. L'actrice est prise en photo dans la rue, face à l'objectif.

Mais au bout de dix minutes, Parlez-moi de vous s’avère soporifique et l’envie de forcer Karin à prendre une décision n’est pas loin. Puis l’histoire se met en place petit à petit, le très bon Nicolas Duvauchelle débarque (Braquo) et l’on se réveille afin de mieux se plonger dans cette confrontation entre deux classes sociales opposées, gérée avec beaucoup plus de subtilité que les vingt premières minutes, même si elle n’est pas exempte de clichés. Malheureusement, Pinaud peine à trouver le rythme, comme nous dans cette critique que nous essayons de combler avec des mots de plus de quatre syllabes qui, nous en sommes certains, vont fortement vous captiver.

Dans le dernier tiers du film, on a le sentiment que les enjeux émotionnels sont traités rapidement et c’est probablement ce qui nous déçoit le plus, car Pinaud aurait peut être dû se concentrer sur l’évolution de ces deux individus. Leurs relations sont abordées en surface et l’on n’a pratiquement pas le temps de s’attacher à eux. On ne peut que saluer la fin, très touchante et en cohérence totale avec le reste de l’œuvre et qui pour une fois respecte ses personnages et ne les fait pas tomber dans une mièvrerie qui aurait fait tâche.

Parlez moi de vous vient tout juste de sortir en DVD. La qualité de l’interprétation des deux comédiens principaux qui forment un joli duo vaut le coup mais elle est remise en question par une mise en scène et un scénario assez inégaux.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *