Retour sur l’année 2011 au cinéma

Montage d'affiches de films sortis en 2011.

Ca y est, 2012 arrive à grands pas. En ce qui concerne le 7ème Art, de nombreux cinéphiles s’impatientent devant les nouveaux trailers qui défilent sur le net. Millénium, Sherlock Holmes 2, Prometheus mais surtout The Dark Knight Rises et The Hobbit vont débarquer dans quelques mois pour nous en mettre plein les mirettes. 2011 n’est pas encore terminé que l’on fait déjà des pronostics sur tel ou tel futur succès, sans forcément avoir pris le temps de digérer tout ce qui avait défilé sur nos écrans ces 52 dernières semaines. Et comme d’habitude, il y a eu du très bon mais aussi de la bonne purge qui nous ont bien réchauffés durant l’hiver et rafraîchis cet été !

Affiche du film Harry Potter et les reliques de la mort partie 2 sur laquelle le trio de héros sont face à l'objectif devant l'école de Poudlard dévastée.

Tout d’abord, une rafale de suites, prequels et autres spin-off a déferlé dans nos salles. On a donc pu s’éclater devant Fast Five ou Mission Impossible 4, mais il faut dire que Tron Legacy et Kung Fu Panda 2 étaient très décevants. On a dit adieu à la saga Harry Potter avec une once de mélancolie. Ce qu’on espère, c’est que les jeunes acteurs réussiront à prendre leur envol du monde des sorciers. Il fallait attendre 1h45 pour voir enfin débuter l’action de Transformers 3, après une très longue mise en route bien grasse. Nous avons été très agréablement surpris des prequels de La Planète des Singes et de X-Men dont nous n’attendions pas grand-chose. Espérons que leurs suites seront à la hauteur et ne viendront pas tout gâcher. En ce qui concerne Very Bad Trip 2, faire payer 10 euros pour revoir la même chose à l’écran aux spectateurs, ça ne marchera sûrement plus la troisième fois.

Affiche de Crzay Stupid Love sur laquelle Emma Stone et Ryan Gosling sont allongés et rient ensemble.

Continuons dans le rayon de la comédie. On attendait un grand succès public et critique de la sous-estimée bande Apatow. C’est chose faite avec Mes meilleures amies, meilleure œuvre du genre de l’année. On n’a pas vraiment compris l’engouement autour de Sex Friends et Sexe entre amis. On a adoré La guerre est déclarée, l’une des perles françaises de l’année, qui a su aborder un sujet grave avec une justesse rare. On a pris énormément de plaisir devant le dernier Woody Allen, Minuit à Paris, qui rend hommage à la capitale avec une belle légèreté. On attendait un peu plus du retour au boulot des frères Farrelly même si Bon A Tirer est une livraison tout à fait honorable. La tornade Ryan Gosling, ainsi que le reste du casting, nous ont bien fait rire devant le très bon Crazy Stupid Love. Il ne faut pas rater L’irlandais, comédie noire sortie la semaine passée ! On comprend que Klapisch n’ait pas forcément séduit ses fans de la première heure avec Ma Part du Gateau, même si le film ne nous a pas particulièrement déplu. Enfin, on s’est bidonnés mais pas plus que ça devant les sympathiques Bad Teacher, 30 minutes maximum, Carnage et Paul.

Affiche du film The Green Hornet sur laquelle nous découvrons les personnages principaux sur un montage.

Du côté des super-héros, ils continuent leur invasion su grand écran. Parler de Green Lantern n’est pas forcément utile. En revanche, Green Hornet, c’est beaucoup mieux. Le vintage Captain America nous donne une raison supplémentaire d’attendre The Avengers à l’inverse de Thor, pas terrible du tout. Ne passez pas à côté de Super, œuvre indépendante dans laquelle un loser décide de devenir un justicier masqué. N’ayez crainte, ça n’a rien à voir avec Kick-Ass.

Affiche du film Super 8 de J.J. Abrams sur laquelle deux enfants se tiennent dans une rue devant un vaisseau spatial.

Côté action et aventures, on s’est comme beaucoup émerveillés devant la beauté de Tintin. A défaut d’être un chef d’œuvre, Super 8 est un très bel hommage au cinéma des années 80. On est déçus de Source Code. Après Moon, Duncan Jones avait le potentiel de faire beaucoup mieux que ça. On a beaucoup aimé L’agence, et beaucoup ri devant le dernier nanar de Nicolas Cage, Hell Driver, en 3D s’il vous plaît !

Globalement, on a apprécié les trois œuvres « politiques » que sont La conquête, Les Marches du Pouvoir et Contagion même si elles sont loin d’être exemptes de défauts.

Affiche du film Rango sur laquelle le caméléon se tient devant une ville face à l'objectif et tient fermement dans ses bras un poisson en plastique.

On n’a pas vu énormément de films d’horreur cette année, ni de dessins animés, mais Scream 4 a prouvé le retour en forme de Wes Craven. The Thing est un prequel tout à fait regardable mais largement en dessous du chef d’œuvre de Carpenter. Insidious et Attack The Block sont deux bonnes surprises à l’inverse de Fright Night. On félicite George Miller et Gore Verbinski pour Happy Feet 2 et Rango, qui ont su servir de belles histoires avec des images magnifiques. Le chat potté, c’était sympa mais c’est tout.

Mais comme souvent, c’est du côté des œuvres dramatiques que notre cœur balance, parce que regarder des films déprimants, c’est vachement enrichissant. On a donc été conquis par Black Swan, Drive et The Tree of Life, qui mériteraient d’être analysés en 72 pages chacun. On pense que les frères Coen sont des génies. Et ce n’est pas True Grit qui va nous convaincre du contraire. Ne passez surtout pas à côté des magnifiques Blue Valentine et Never Let Me Go passés inaperçus au cinéma ! C’est dommage, car l’on peut presque parler de chefs d’œuvre. A l’instar de Drive, Harry Brown est un excellent vigilante movie ! On est tombé sous le charme de ces œuvres classiques que sont Le discours d’un roi, Les chemins de la liberté et Hugo Cabret même s’il faut reconnaître que des longueurs sont présentes. Du côté du sport, Le stratège nous a séduit, mais les deux perles de l’année sont Fighter et Warrior, deux films complètement différents malgré leurs ressemblances évidentes. Mais la claque que l’on attendait pas, c’est Maïwenn qui nous l’a donnée avec le gigantesque Polisse. On ne lui demande qu’une chose, ne pas prendre le melon, et continuer comme ça. Elle nous prouve que l’anticonformisme et le politiquement incorrect ne sont pas nécessaires pour signer de très beaux moments de cinéma et réussit à nous transmettre des émotions très larges en quelques minutes.

Affiche du film Polisse sur laquelle Joeystarr tient une photo d'enfant devant son visage face à l'objectif.

Mais comme chaque année, nous avons également eu notre lot de bouses à l’image de Cowboys et Envahisseurs, Les Schtroumpfs, Rien à déclarer, Colombiana, Limitless, Conan, L’élève Ducobu et bien d’autres !

Enfin, nous n’avons pas eu le temps de voir certains films qui nous attirent beaucoup. Nous nous rattraperons donc dès que possible pour visionner L’ordre et la morale, Animal Kingdom, Detective Dee, Une séparation, 50/50, Shame, Donoma, Balada Triste, Blackthorn, La dernière piste

Et vous, quels étaient vos coups de coeur de l’année 2011 ?

Ce contenu a été publié dans La Note du Mois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Retour sur l’année 2011 au cinéma

  1. Parmi les cités, je retiens bien sûr la fin de Harry Potter, parce qu’on l’attendait depuis des années. Elle s’annonçait épique, et après un magnifique 7ème film, le 8ème n’a pas été décevant…
    Après il n’y a pas vraiment de films qui m’ont marqué au niveau de ceux de 2010, comme Shutter Island, Inception ou True Grit… J’ai vu des très bons films, pas des magiques. Je retiens quand même Green Hornet avec Seth Rogen que j’attendais pas vraiment dans ce registre, Black Swan quand même, et Indicious (:)) qui faisait vraiment retaille !
    Malheureusement, au Mexique beaucoup de films ne sont pas encore sortis, j’attends encore Hugo et Tintin avec impatience !
    Niveau déception, la plus grosse a été Contagion, et finalement c’et à peu près tout. Niveau bonnes surprises, il y a effectivement Rango, Attack the Block, et j’y ajouterais Le Chat Potté parce que je m’attendais vraiment à un préquel tout pourri !!!
    Kiss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *