Critique : (S)ex List – Une comédie qui fait du mal

Affiche de Sex List sur laquelle Chris Evans et Anna Faris sont côte à côte devant un fond blanc.

Après Mais comment font les femmes ?, (S)ex List est la deuxième comédie américaine qui m’a fait cogiter sur un élément. La bouffe. Pour résumer l’histoire rapidement, on suit dans cette histoire une Anna Faris (Scary Movie) qui découvre que les femmes vivant aux Etats Unis couchent en moyenne avec 10 hommes dans leur vie. Seulement, elle a déjà atteint les 20. Pour ne pas dépasser le nombre et passer pour une trainée, elle décide que le prochain homme avec qui elle aura des ébats sera celui avec qui elle passera le reste de sa vie, et en plus, l’un de ses ex. Du coup, la meuf se met la pression et engage son voisin de palier, Chris Evans (Captain America) pour retrouver ses anciens compagnons afin de se caser avec l’un d’entre eux.

Avouons d’emblée que le scénario est stupide. Qu’est ce que c’est que ce concept inventé par les psychologues de Marie Claire d’avoir un nombre limite de partenaires ? J’adore les problèmes évoqués par les magazines. « J’ai surpris mon mec en train d’utiliser mon gel intime, comment dois-je le prendre ? ». Habile. Pour en revenir à (S)ex List, vous pourrez voir dans le film Chris Evans manger à plusieurs reprises. Environ la moitié du long métrage. L’autre moitié, il se trimballe à poil. Et le problème est là justement. J’ai pris le temps de noter tout ce qu’il engloutissait : Sandwich Subway (30 cm), pizza, bretzel, pizza, macaronis, chaise… Sachant qu’il n’a pas d’emploi, qu’il ne fait pas de sport et qu’il passe son temps à jouer de la guitare, il devrait normalement prendre un peu poids. D’après une étude du CNRS, 83 % des hommes au chômage ont tendance à prendre six kilos dans les six mois qui suivent leur licenciement. Mais non, Chris reste comme ça :

Photo de Chris Evans posant torse nu.

Voici le « Mode bonsoir » je n’ai pas su où poser ma chemise.

(S)ex List est donc une comédie cruelle, sans pitié, qui procure un profond sentiment de malaise aux deux sexes. Là où la gente féminine se sentira sale si elle a connu plus de dix partenaires mais également inexpérimentée si elle n’a pas dépassé les neuf, les hommes éprouveront une hargne envers Chris Evans et son alimentation constituée uniquement de  « plaisirs  occasionnels ». En plus de ça, elle vous achèvera avec sa bonne morale finale qui privilégie l’honnêteté et la confiance en soi. Comment voulez-vous qu’on soit bien dans notre peau après deux heures où l’on a dû subir tous vos mensonges ? Eh ouais mec, Chris Evans peut manger ce qu’il veut, il a un coach. Par contre toi, tu te démerdes pour perdre ta brioche.

A part ça, (S)ex List se regarde en faisant autre chose et il y aura même quelques passages drôles, notamment les flashbacks d’Anna Faris qui nous montrent les rencontres avec chacun de ses ex, qui sont la plupart incarnés par des acteurs sympathiques. Mais bon, c’est rude et déprimant. Sur ce, je vais aller revoir Vol au dessus d’un nid de coucou ou Braveheart pour retrouver le moral.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Critique : (S)ex List – Une comédie qui fait du mal

  1. Tex dit :

    Tu m’as tué!!
    Et bien sûr, à la fin elle finit avec Chris Evans. Original. Non, je ne vous ai pas spoilé, je n’ai pas vu le film. mais d’un côté je l’ai vu plus de mille fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *