Critique : Twilight chapitre 5 – Révélation – L’affrontement final

Affiche du film Twilight Chapitre 5 : Révélation 2è partie sur laquelle les trois personnages principaux sont alignés sur un montage photo. Leurs ennemis prêts à se battre sont visibles en bas de l'affiche.

On n’y croyait plus mais le miracle est arrivé. Enfin, nous avons eu droit à un épisode de Twilight qui vaille vraiment le coup, qui ne soit pas une arnaque visuelle et qui soit un pur plaisir, redonnant au film de vampires le souffle qui lui manquait. Oui, Twilight chapitre 5 – Révélation nous a réconcilié avec la saga écrite par la brillante Stephenie Meyer, qui a su mixer les univers de Shakespeare et Bram Stoker avec brio. Fini le temps des moqueries faciles, des parodies salaces de tous les titres de la saga, de la comparaison entre Taylor Lautner et Steven Seagal. Certains diront que l’on a retourné notre veste. Nous leur répondrons que seul l’imbécile ne change pas d’avis.

Sérieusement ? Twilight 5 respecte à la lettre tous les éléments initiés par ses prédécesseurs et s’impose comme la daube indigeste qui titillera les hormones de millions d’adolescents aveuglés par la blancheur maladive de la peau de ses deux héros. Bella est passée du côté des vampires maintenant que sa fille Renesmée Zelwegger a vu le jour. C’est d’ailleurs autour de cette dernière que tourne l’intrigue de cette conclusion. Le clan des siciliens veut la tuer car elle est immortelle et c’est complètement inacceptable ! Il va donc falloir convaincre l’équipe italienne de l’innocence et la pureté de l’enfant pour éviter la bagarre.

Bill Condon est un pro. Il arrive à faire tenir trois péripéties sur deux heures et à faire croire à ses spectateurs qu’il s’est passé tout un tas de trucs incroyables. En vérité, Bella chasse, Bella recrute des X-Men, Bella fait la bataille. Accompagnée d’Eddy. Et Jacob, « qui pue pour de vrai » (mot pour mot). On ne va pas tirer sur le trio de tête, constitué par Robert Pattinson, Kristen Stewart et Taylor Lautner. On ne les avait pas épargnés à la sortie des précédents. De plus, ce ne sont pas eux les plus mauvais du tout. Quand on sait que le type qui joue le plus mal dans la saga est celui qui a sans doute tourné dans les films les plus honorables de toutes les filmographies réunies, on se dit qu’il y a définitivement un problème. Le cochon est cette andouille de Michael Sheen, l’homme qui réussit à alterner les sagas Twilight et Underworld avec des oeuvres plus qu’intéressantes comme Minuit à Paris, The Damned United ou Frost/Nixon. On peut le comprendre, un Woody Allen, ça paye moins bien.

Photo de Michael Sheen dans le film Twilight 5. Son personnage, entouré de deux de ses acolytes en retrait, s'apprête à prendre la parole dans les bois.

Mais pourquoi critiquer Twilight si c’est uniquement pour lui cracher dessus ? Pourquoi aller le voir ? En vérité, la raison principale, c’est qu’on sait que cet article sera vu trois fois plus de fois que celui sur La nuit du chasseur publié cette semaine. Nous sommes comme Michael Sheen finalement, pervertis par les phénomènes culturels bidons de notre époque.

Photo de Kellan Lutz et Kristen Stewart dans le film Twilight Chapitre 5 : Révélation 2ème partie. Dans les bois, les deux acteurs font un bras de fer.

Mais l’on se doit de dénoncer certains faits graves qui révèlent toute la dangerosité de l’entreprise. N’oubliez pas que Stephenie Meyer est une mormone, une créature de Dieu qui n’a pas le droit de boire du café, qui est mariée à son frère et qui a l’obligation de se tenir debout aux toilettes. Et rappelez-vous aussi que son amie d’enfance est Sarah Palin et qu’encore aujourd’hui elles font tout pour dissimuler l’existence de leurs soirées échangistes à la Brigham Young University de Provo (Utah). Elle a tenu à s’absoudre de ses péchés avec ses quatre bouquins à travers lesquels elle a vu un moyen d’accéder à la rédemption et au pardon du Créateur. Sauf qu’avec ça, elle a convaincu vos enfants que vivre dans une forêt et ne jamais en sortir était le vrai sens de la vie, qu’il ne fallait pas coucher avant le mariage mais qu’après ça, on avait le droit se lâcher et de péter le lit. Mais surtout, elle a toléré le port du marcel.

Twilight, c’est un peu comme une publicité Timotei mise en valeur par la meilleure compilation MTV Pulse et par les effets spéciaux des Evadés de la Planète des singes. Vous êtes prévenus.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *