Critique : Twilight, Révélation, 1ère partie – Crépuscule Artistique

Affiche de Twilight chapitre 4 sur laquelle Robert Pattinson, Kristen Stewart et Taylor Lautner sont côte à côte devant des loups.A la sortie du film, une question nous taraude : pourquoi être allé voir ça plutôt que Shark 3D ? Parfois, la compétition est rude. Mais certaines salles, réservées à un public plutôt adolescent, ont compris que pour faire de la thune, il faut de la bouse.

La saga Twilight est un condensé de tout ce qu’on aime. Des acteurs beaux gosses, des actrices belles gosses, des vampires beaux gosses, des loups garous beaux gosses. Que du lourd au programme. Révélation, sous-titre de l’œuvre pour ceux qui ne connaissent pas ou qui ne s’y intéressent pas (les deux sont totalement légitimes), est centré autour du mariage de Bella et Edward, leur lune de miel et l’accouchement douloureux de la jeune femme. Et c’est tout. Mais pour combler un film de deux heures, ce n’est peut être pas suffisant. Les producteurs sont très intelligents puisqu’ils parviennent à ennuyer des millions de fans avec cette première partie pour les faire revenir dans un dernier opus promettant de l’action. Effectivement, condenser le dernier livre en un seul film de deux heures et demi avec certes des éléments passés à la trappe dans le but d’obtenir un résultat plus captivant, ça aurait rapporté beaucoup moins de brouzoufs.

La grande spécialité de Twilight est de transformer des réalisateurs pas trop mauvais comme Chris Weitz (Pour un garçon) ou David Slade (30 jours de nuit) en véritables tâcherons. Cette fois-ci, c’est au tour de l’oscarisé Bill Condon (Chicago, Dreamgirls) d’y passer. Malheureusement pour lui, le bougre a également rempilé pour le dernier volet de la saga déjà tourné.

Dans Révélation, vous aurez droit à des effets spéciaux et un montage dignes des meilleurs Wordart et autres créations Blingee, des acteurs monolithiques (Taylor Lautner, futur Steven Seagal ?) et d’autres qui ne prennent presque pas la peine de parler (Kellan Lutz).

Montage évoquant les ressemblances entre Taylor Lautner et Steven Seagal.Pour les fans, il vaudrait mieux relire les livres, vous risquez d’être déçus. Pour les autres, allez-y, pour essayer de comprendre le prénom de l’enfant des deux héros. Si quelqu’un trouve, on lui paye sa place pour le grand final.

Ce contenu a été publié dans Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *